"Yakuza", un livre

Un livre que je pense indispensable pour les personnes fascinées par le Japon, des choses à savoir...aussi.
Consultant depuis un certains nombres d'années, tous types d'informations en rapport avec ce pays, le sujet des "Yakusa", était incontournable. Cet ouvrage est à la hauteur, est nécessaire à quiconque ne voulant pas percevoir ce pays dans l'illusion ou l'aveuglement.


Somme de recherches très poussées, annoncé comme n'étant pas encore édité au Japon, après la lecture de ce livre, on peut comprendre pourquoi.
Pour tous ceux que le Japon fascine, et qui sont prêts à l'entrevoir différemment, ce livre, entre autres moyens, est une source d'illumination pour reprendre des schémas bouddhiques.
Très documenté, cet ouvrage, dans la tradition des investigations à l'américaine, 2 journalistes seuls face au monde, nous décrit l'histoire et surtout le pouvoir des "Yakuzas", ou maffia japonaise.
Il est aussi le moyen de voir un, des autres versants de ce pays et de ses mœurs. J'y ai appris entre autre que :

  • Dans les années 80, un million d'hommes japonais par an, s'étaient rendus en Corée pour du tourisme sexuel !
  • Que les principaux fraudeurs de l'impôt sont les temples,
  • Que les principaux syndicats maffieux ont pignons sur rue, des établissements clairement identifiés,
  • Qu'il est arrivé que les premiers ministre soit présents lors de mariages de Yakusa ou de leurs enfants,
  • Que les amphétamines ont été produits et consommés au Japon comme en nulle autre pays,
  • etc...

Les analyses, les détails, les portraits, les évolutions et enjeux abondent dans cet ouvrage.
Pour tous ceux friands et en attente de philosophie, idéalisant ce pays et sa culture comme j'ai pu le faire, je ne peux que conseiller ce livre. Il fait un bien fou, apportant une touche presque plus "humaine" à ce pays qui fait figure d'exception. Il teste également votre estime pour cette île. Si après la lecture de cet ouvrage, vous conservez toute votre envie, qu'à vos yeux, le japon reste encore une source d'intérêt alors oui :

" Où est l'île qui change notre vie
et nous oblige à commencer une fois encore, tout au début,
à inventer un outillage, à labourer des champs, à cuire l'argile,
hors des souvenirs confus que nous portons en nous ?

Où est l'île qui change notre vie ?"

LARS GUSTAFSSON