V.C. : Là encore on peut souligner le génie d'un créateur comme Emile Gallé, qui à mon sens su "assourdir" le verre, lui donné de la profondeur.
Plutôt que de faire des objets "criant", il nous faut nous pencher dessus pour en voir les détails, les signes, les phrases gravées, les histoires racontées, la richesses des couleurs et des effets de matières. Il avait même mis ai point un système pour récréer comme des traces de charbon dans les fusions.
A noter, cher ami, qu'Emile Gallé était un fervent orientaliste, qu'il avait vu en Angleterre des tabatières chinoises, et qu'il avait pour amis, un botaniste japonais, et les frères Goncourt, dont l'un est l'auteur d'une biographie d'Hokusaï.

S.K. : Toujours à faire des ponts et des liens entre les choses, né ?

L.G. : C'est un intello, un docteur du verre !

V.C. : Mais oui ! un esthète pour être plus précis cher ami... mais quand même, regarde mes mains, comme elles sont sales ! (rires). Mais c'est vrai.
Quand j'ai commencé à apprendre le verre, je me suis tout de suite intéressé à son histoire, à ses techniques, et aux différents styles.
Et je crois d'ailleurs que je me débats autant avec ces histoires de style qu'avec le matériau lui-même... Je cherche à faire se rencontrer des styles différents, où des cultures différentes.
Quand j'arrive à mélanger dans une même pièce, une influence de peinture abstraite américaine par exemple, une blancheur ou une forme un peu japonisante, pour moi c'est réussi, j'ai le sentiment d'avoir comme digéré ces influences, qui des fois m'envahissent.
Si j'arrive à cela, même sur une toute petite partie d'une pièce, ça me va, même si c'est tordu par ailleurs.
De toutes façon je préférerai soufflé dans des moules, modeler une pièce m'intéresse peu en fait, Ikéa fait ça bien mieux que moi !
Je préfère penser à des décors ou des processus de fabrication entre le travail à froid et à chaud.
C'est ce qui m'a attiré dans ce matériau, sa plasticité, à chaque température, un état de matière, et des façons de le travailler différentes allant de la gravure au coulage, avec des effets variés, une plus grande richesse de vocabulaire.

L.G. : Ben tu vois que tu aimes le verre ! (rires puis s'adressant au public)
Vous avez des questions vous ? lui, il est bavard comme un italien...

"Ben tu vois que tu aimes le verre ! "